Épisode 1 : Le Cinquième Élément

Parle à mon Luc est un nouveau concept au sein du Robotics Podcast Universe. À chaque épisode, nous lançons un film et le commentons dans les conditions du direct. L’épisode n’est quasiment pas monté pour vous permettre de l’écouter tout en regardant le film à votre tour. Calez-vous au fond de votre canapé et lancez le podcast, nous vous donnons un top départ et c’est parti. Profitez de nos commentaires éclairés, anecdotes et punchlines pendant toute l’œuvre ! Vous pouvez aussi l’écouter sans regarder, on fait de notre mieux pour que vous ne soyez pas perdu.

À tout Seigneur tout honneur, nous lançons Parle à mon Luc avec ce qui représente toujours, vingt ans après sa sortie, le film le plus connu et le plus apprécié de Luc Besson, notamment à l’étranger :
Le Cinquième Élément, projet pharaonique à l’époque, que Luc voulait être un space opéra rempli d’humour, redéfinissant le genre. Un héros costaud et tête brûlée, une mystérieuse jeune femme aux cheveux orange, un mégalomaniaque vendeur d’armes, des monstres de l’espace… N’en jetez plus !

L’équipe de Parle à mon Luc s’est réunie pour regarder, avec vous, le film. Pari tenu, ou baudruche qui se dégonfle ? Vous le saurez en suivant cet épisode.

Parle à mon Luc c’est l’équipe d’After Hate et de Super Ciné Battle:
Benjamin François aka Kwyxz
Stéphane Bouley dit Papa
Daniel Andreyev alias Kamuirobotics

Le logo est signé Fabien.
La musique du générique est signée Max Besnard.

Parle à mon Luc épisode 1 est le pilote de la prochaine phase du Robotics Podcast Universe et du Patreon dont l’ouverture est prévue pour le mois prochain. Merci encore de votre fidélité, de vos retours et de votre enthousiasme. Bonne écoute !

27 réponses sur “Épisode 1 : Le Cinquième Élément”

  1. Si l’émission vous a plu, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire d’encouragements ! Il nous en faudra pour nous envoyer certaines œuvres du Maître…

    Et comme d’habitude, les petites étoiles sur iTunes, vous connaissez le topo. Merci à vous !

  2. Bonjour,
    c’est dur de savoir ce que vous commentez sans entendre au moins le film en fond sonore. Il n’y a pas de temps mort et vous êtes intéressants, mais pas assez pour avoir envie de vous écouter pendant deux heures.

    1. C’est pour celà qu’il faut lancer le film en même temps que nous ! On ne peut pas avoir le film en fond sonore pour des raisons évidentes de copyright.

  3. C’est une super initiative , bravo a toute votre équipe vous nous faite passer de super moments Cinéma et comme un peu pour le rétro gaming on revient sur des oeuvre/films qu on aurait pas forcément visionner sans vous.
    est ce que vous pourriez intégrer une time line si c est pas trop compliqué pour qu on puisse voir le film en plusieurs fois?

  4. Je ne suis pas un jogger, mais je suis ravi d’écouter ce genre de podcast !

    Est-ce que je suis le fameux « seul » auditeur ? Peu m’importe, il y aura au moins 4 écoutes pour ces épisodes car je suis impatient d’écouter les prochains épisodes !

    Et oui, s’il vous plait, il me faut aussi les productions Besson. Parce qu’il faut en parler.

  5. Super émission.
    Je me suis bien marré à vous écouter. J’ai hâte d’écouter le prochain.
    La scène du début m’a toujours fait rire. Le Mondoshawan est en panique parce que la porte se referme : il peut pas l’ouvrir de l’intérieur ? d’autant qu’il risque pas de perde la clé.

    JBEZ en PLS devant la deuxième bombe !

    1. Ah mais OUI c’était une porte avec fente d’ouverture unique qui fonctionne dans un seul sens. Ou alors la clé qui sort des doigts c’est comme le dard des abeilles, ça sert une fois et ensuite ça s’arrache du corps… qui sait !

  6. Le voila enfin le fameux projet du RPU !
    Pas trop gêné par le fait de ne l’avoir écouté qu’en audio, car il faut avouer que les anecdotes sur « Luc » sont croustillantes.
    Mention spéciale aux fous rires de Daniel 😉
    Bonne continuation les loulous !

  7. C’est ce genre de petite pépite de bêtise masochiste qui donne ses couleurs à une morne journée.

    Merci pour ça, merci pour tout.

    Et bonne merde pour Jeanne d’Arc !

  8. Quand on a vu ce film avant d’avoir 10 ans (comme ça a été mon cas), on en a gardé un souvenir si grandiose que le revoir dans ces conditions, avec vos commentaires, fait prendre conscience de beaucoup trop de choses.

    Y’a pas mal de mauvaise foi de votre part, ce qui est marrant, mais c’est vrai qu’au fond c’était pas si bien comme film et ça a quand même vachement mal vieilli…

  9. Messieurs…

    Je vous suis depuis le début (enfin, pas tout à fait : sur le tard mais j’ai tout remonté), et à chaque que je vous entendais suggérer « Il faudrait vraiment qu’on en fasse une spéciale Besson », cette zone spéciale du cerveau dédiée aux plaisirs coupables hurlait « Mais oui, OUI ! Parlez de la filmo de Besson ! ». Ah, c’est qu’il y a tellement à dire. Je m’attendais à ce que vous fassiez comme vous l’avez fait pour les Resident Evil ou les Taxi, et j’aurais déjà été très heureux. Mais là, vous vous êtes surpassés : toute une série sur le gusse ! Je vais en tremper ma couette cette nuit, c’est sûr. Certes, le format « on papote en matant le film » n’est pas nouveau mais on s’en fout : vous le magnifiez ! C’est la forme parfaite pour parler du bonhomme et de son, hum… œuvre. En tout cas, la meilleure façon de revoir le film. Ce que j’ai fait ce soir, avec un petit verre pour sublimer l’expérience, comme vous l’évoquiez vous-même, et je vous le recommande. J’ai hâte de vous entendre remplacer la bande son de Subway, Le grand bleu, Le dernier combat, Nikita. Même Jeanne d’Arc ! Ce serait la seule façon moralement défendable de revoir ce film. Et sur Léon, si vous aviez le moyen d’inviter aussi son psy, ça pourrait aussi être intéressant. J’ai déclaré forfait sur les films suivants, mais vous gênez pas pour moi hein, comme vous l’avez constaté on est bien 5 ou 6 à vous suivre.

    Voilà, à part ça j’ai tellement apprécié votre podcast que ça m’a donné envie de me créer un compte sur SensCritique juste pour ce film en postant un mail que j’ai envoyé il y a 4 ans à un ami qui a eu l’imprévoyance de comparer Tron Legacy, pourtant loin d’être parfait, au 5e élément. C’est écrit par le petit Luc lui-même, 8 ans. Hier, quoi. https://www.senscritique.com/film/Le_Cinquieme_Element/critique/136986115

  10. Perso j’ai pas trouvé ça terrible.
    Je n’aime pas le 5 ème élément, mais là c’est très souvent pas intéressant à écouter, c’est plus du on bash le film sur tout et n’importe quoi.
    Alors oui il y a de quoi basher dans ce film, mais au final ça en devient lourd ahma.
    Bonne continuation mais pas sûr que j’écoute la suite.

  11. Super concept!
    Et c’est intéressant parce que j’ai du voir le film à sa
    sortie (j’avais 7 ans), et j’ai toujours adoré ce film!
    Mais ce que vous lui reprocher c’est exactement ce qui
    m’insupporte aujourd’hui dans un film.
    Comme quoi…

  12. J’étais assez sceptique au départ, mais je crois avoir trouvé une bonne manière alternative de profiter du concept. J’ai revu le film (que j’avais vu qu’une fois en VHS en 98) dans des conditions normales et ensuite j’ai écouté le podcast en voiture. Pour moi j’avais trouvé ça divertissant y a 20 ans et pareil en le revoyant. Une bonne série B de luxe dont le gros point faible est évidemment le scénario. Par contre pour Angel-A, Minimoys ou Lucy, hors de question de les revoir avant, y a des limites au tolérable!

  13. C’était vraiment vraiment bien !
    Je me suis bien marré, j’ai écouté le podcast sans regarder le film, aucun soucis. Bon après c’est un film que je connais bien, mais je pense pas que ça gène.
    Votre dynamique est excellente, ça rebondit bien entre vous 3, les anecdotes sur le film et Besson sont bien intéressantes.
    Honnêtement je me demandais ce que donnerait le format car c’est pas évident (j’aime pas trop MST3K par exemple) et ça passe super bien. AMHA ce qui marchait bien c’est que vous vous êtes bien détachés de l’écran pour entrer dans l’analyse, les infos, la références.

    Et puis les extraits des bouquins de Besson c’est du miel.

    Comment j’ai hâte que ce soit au tour de Lucy !

  14. J’ai adoré revoir le film accompagné de vos commentaires et digressions.
    Pour le coup je ne connaissais pas ce format.
    J’avoue avoir longtemps attendu le « prochain Besson » GrandBleu, Subway, Nikita… à 10-15 ans m’ont marquée. Et il m’a fallu Léon, minimoys et autres Taxis pour définitivement rénoncer à mes rêves de gosse.
    Alors c’est jouissif de « se faire » le mec à l’origine d’une déception enfantine, de mon casseur de rêve… j’y croyais moi au Bessonverse, je le rêvais… mais j’ai grandi. Et mon esprit critique s’est développé, mon amertume et mon désir puéril de revanche avec… alors Merci les gars!! Je kiffe. J’attends avec impatience la suite!
    Et Merci de votre esprit, car vous êtes durs mais je ne vous trouve jamais cruels, ni injustes.
    À bientôt.

  15. Je m’attendais à un ‘supercinébattle’ hors série, avec une liste spéciale Besson, gravée dans le marbre sur plusieurs épisodes.

    Ce format me fait un peu la même sensation que le gameplay asymétrique sur Wii U : de la même façon qu’il est peu commode de jouer sur 2 écrans en même temps/en alterné, il est parfois bizarre de regarder le film sans vraiment le regarder et de vous écouter sans vraiment vous écouter. Pour le 5° élément/Léon/ ça passe, mais pour Angel-A , le grand bleu etc… j’ai peur que le concept n’éprouve quelques limites… La vie est suffisamment dure et injuste comme ça
    je tenterai quand même l’expérience

  16. J’ai regardé le film (1er visionnage) en même temps que le podcast, c’est une expérience plutôt unique. Au début je me suis dit : « merde vous parlez beaucoup s’est compliqué de suivre le film en même temps ». Et finalement le film est tellement pourrie que vous écoutez le détruire et faire des blagues était ma seule raison de continué. Et j’avoue avoir vraiment bien rigolé à vos conneries 😉
    Vous avez finalement réussi à me faire passer un très bon moment devant le cinquième élément (malgré le faite que le film est pour moi une purge). Donc vivement un nouvel épisode de parle à mon Luc sur les navets de besson !

  17. Papa monopolise trop la parole, et parle trop fort.
    (il n’a pas une voix super agréable en plus, et beaucoup de « eeuuuuh » et de phrases qu’il ne réussit pas à terminer).

  18. Je l’avais vu une fois (pas aimé) en VHS dans un autre siècle, j’ai préféré emprunter le Blu Ray avant l’écoute du podcast.
    Expérience très pénible (35 minutes d’exposition il faut le faire, puis intrigue molle sauvée par 2-3 plans), la musique n’est pas la pire chose du film comme celui-ci dispose d’un scénario. Au moins le making-of était assez drôle et le Blu Ray contient une mire de calibration bien pratique pour réviser les réglages du vidéoprojecteur.
    J’ai commencé à vous écouter sans le film cette fois, encore tout frais dans mon cerveau meurtri. Je me pose aussi des questions sur LE curé car il a un chandelier à 7 branches chez lui et son disciple porte une magnifique kippa désigné par Devo.
    Ah et sinon vous pouvez voir Luke Perry dans une des dernières saisons de Oz, il est très bon (et barbu).

    J’espère secrètement un spécial SCB « les films Europa Corp » histoire de savoir enfin quel est le meilleur film avec un ex Yamakazi et si le transporteur transporte mieux qu’un taxi.

    A bientôt !

  19. C’était top évidemment. Surtout en mode trio infernal.
    Quels talents ! Ou quels inconscients je ne sais pas trop…

    Écouté sans le film en fond et ça fonctionne sans soucis (en même temps film vu 5 fois au ciné à sa sortie par aveuglement et par défi. Un film « plaisir coupable » que je ne suis pas sûr d’avoir vraiment envie de revoir en fait).
    Hâte d’entendre la suite. Subway avec du Love (j’espère), et bien plus encore Angel-A avec de la Hate (mais pour le coup je regarderais jamais ce film !).

  20. Ça s’écoute très bien sans voir le film si on s’en souvient assez. Et je me suis bien marré meme si, ayant vu ce film gamin, j’en avais gardé un bon souvenir.

    Après avoir mangé tout After Hate et SCB en 2 mois, il était normal de me pencher sur ce podcast là. Et sans regrets!

    Du coup je me demande comment je vais faire pour Angel-A…

    Par contre même si vous êtes les 3 seuls à vous écouter en live, surtout n’arrêtez pas, vous écouter 1 mois plus tard me met en joie.

  21. Le concept est bon : commenter un film du début à la fin avec des anecdotes sur le film et sa réalisation (… que l’on aime celui-ci ou pas.) comme un “ red letter media “ francophone et en format podcast!

    … dans l’idée… parce qu’en réalité: Ce pilote est un hommage à la mauvaise exécution d’un bon concept. Le film est mauvais mais votre éxécution du podcast l’est aussi.

    Kywyx et Daniel, vous tentez de réhausser le niveau en exposant les failles dans le scénario, la réal, les extraits du livre de Besson, les promo chez Ardisson, les anecdotes sur la préprod, le décor …
    ( Restons objectif : il y a un gros effort de documentation – d’autant plus dur quand on le fait sur une oeuvre qu’on n’aime pas … ) mais c’est systématiquement détruit par Papa qui remet une couche de “au fait je vous ai déjà dit que je n’aimais pas Besson “

    Papa monopolise le temps de parole. On a compris qu’il n’aime pas Besson, sa vie, son œuvre malheureusement il plonge pied joint dans la mesquinerie et le sarcasme.

    Il est convenu d’insérer à la 47ieme minute un petit tacle contre les auditeurs qui attendaient autre chose qu’une raillerie continue sur Besson et le 5ieme élément. (Merci Papa de nous rappeler que tu méprises ceux qui t’écoutent dans ce podcast comme dans les autres. )

    C’est vraiment dommage. Ce n’est pas parce qu’un film est mauvais que votre performance doit l’être aussi , bien au contraire.
    La preuve en est le podcast « 2 heures de perdues » qui massacre les bons films comme les mauvais avec humour tant sur le montage, le scénario, la réalisation, le jeu des acteurs …. sans pour autant tomber dans la mesquinerie.

    J’espère qu’il y aura un fil conducteur un peu moins décousu dans les épisodes à venir. Surtout quand vous passez votre temps à critiquer à quel point les films de Besson sont décousus.

    Je croise les doigts pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *